Vous êtes ici

Coteaux du Pays des Couzes

 

Intérêt écologique du site

Située dans les « Pays coupés », cette zone Natura 2000 à la géographie très variée (alt 400 mètres à 1000 mètres), est un site important pour la conservation des milieux chaud et sec de la région, ainsi que des sources salées.

Constitué de 39 petites entités disjointes ciblées sur des coeurs de biodiversité, c’est le site Natura 2000 le plus riches en habitats et espèces de la région (18 habitats, 16 espèces).

On notera notamment l’importance régional de ce site pour la Laineuse du Prunellier, les pelouses sèches, les sources salées et pétrifiantes. Ce site s’inscrit en partie dans la vaste zone Natura 2000 désignée pour la conservation des oiseaux du « Pays des Couzes ».

 

Activités socio-économiques

Au niveau économique, ce territoire est essentiellement tourné vers la production agricole, le tourisme et la détente des populations urbaines.

Ces coteaux peu productifs sont en général en déprise agricole mais les actions entreprises dans le cadre de Natura 2000 ont inversé cette tendance avec le retour du pâturage sur 8 entités. La production agricole principale est donc l’élevage ovin, mais il y a également des productions laitières, fromagères, des chevaux de loisirs...Au final, il y a une diversité très importante de types de productions agricoles. Les zones viticoles AOC sont en dehors du zonage Natura 2000 et il n’y a pas non plus de vergers.

La production industrielle ne concerne que les sources minérales : Usine d’embouteillage d’ARDESIE, Artisanat d’art à St-Nectaire. Deux carrières sont situées en limite extérieure du site Natura 2000 (Pardines et Vichel).

Onze entités sont périurbaines des plus grandes agglomérations du département (Clermont, Cournon, Issoire).

Au niveau touristique, l’entité la plus importante est Gergovie dont le plateau en limite de la zone Natura 2000 attire beaucoup de monde (musée, manifestation diverse).Un projet de classement en Grand site de France devrait s’accompagner d’un ambitieux complexe touristique.

Les autres entités ayant un intérêt touristique sont la vallée des Saints, les Gorges de la Monne, La Couze Pavin et les côtes de Perrier. Les sentiers de randonnées sont nombreux, les sports de loisir (escalade, canoë) sont peu développés.

Le territoire Natura 2000 n’est pas une zone à fort enjeu forestier. Les forêts sont jeunes, issues de la déprise agricole et difficilement accessibles.

La chasse et la pêche ont peu d’influence sur la gestion de ce site. Les chasseurs travaillent localement au maintien du lapin les coteaux. Les Couzes constituent des rivières prisées pour la pêche à la truite (6 APPMA)

12 entités sont concernées par des réservoirs d’eau potable, des canalisations ou des partiteurs pour l’alimentation en eau potable des habitants.

Sur les Couzes, il y a des équipements infranchissables alors que les rivières sont classées en rivière à migrateur. Malgré la règlementation, ce problème n’est pas encore résolu. La mise en oeuvre des contrats territoriaux comme celui de la Couze Pavin permettent d'améliorer progressivement la situation.

14 entités sont concernées par la proximité ou la traversée de routes. C’est un enjeu important pour la conservation des sources minérales situées parfois sur les talus routiers (Zagat, St-Hérent, Saurier, St-Nectaire)

Au niveau urbanisme, si le site est globalement en zone non constructible, certaines entités forment des « îles » au milieu des agglomérations, pouvant à terme pouvant poser des problèmes d’isolement. Une réflexion sur les corridors écologiques est engagée sur le territoire du Grand Clermont et le Pays d’Issoire dans le cadre des SCOT.


Les objectifs de développement durable

Les objectifs principaux sont les suivants :

1) : Maintenir et rétablir le pâturage extensif sur les coteaux secs

2) : Maintenir des écoulements sauvages et de l’ensoleillement autour des sources minérales salées

3) : Préserver les zones humides des Chaux

4) : Maintenir la qualité de l’eau des Couzes et réaménager les ouvrages infranchissables

5) : Respecter des zones de tranquillité pour la faune

6) : Aménager les sites pour sensibiliser et informer le public

7) : Suivre l’évolution des espèces et des habitats

8) : Associer les acteurs du site

 

 

Pour la période 2017-2018, les actions sont financées par :